Spécial 14 juillet: le Québec des Français *

Par Marie-Ève Morasse ** – 14 juillet 2012

Pour la plupart des Français, le Québec est la porte d’entrée du Canada. En 2010, 70% des 435 000 touristes français venus au pays sont passés par la province.

Après les Américains, les Français forment le groupe de visiteurs le plus important au Québec, et les agences de voyages ont depuis longtemps flairé la bonne affaire. Beaucoup d’entre elles offrent des excursions organisées qui proposent de découvrir la province en une ou plusieurs semaines.

Un coup d’oeil aux forfaits proposés amène un constat: bien des clichés québécois y sont encore. Les grands espaces, les «visites de barrages de castor» et les «soirées villageoises» sont souvent au menu de ces séjours.

Simon Lemay aime mieux parler de «classiques» que de «clichés». Depuis 10 ans, son partenaire et lui font visiter le Québec aux touristes avec leur agence Authentik Canada, qui propose des voyages personnalisés. Les gens venus de France représentent plus de 80% de leur clientèle.

«Les Français recherchent assurément la nature et les grands espaces. En 10 ans, ça n’a pas changé, et je pense que c’est là pour rester, parce que c’est unique au monde. Ils veulent s’évader du stress urbain», dit-il.

En 2011, un sondage mené par le ministère du Tourisme du Québec auprès de visiteurs français a confirmé cet amour des vastes espaces. Lorsqu’on leur demandait ce qui les inciterait à revenir ou à recommander le Québec comme destination touristique, près d’une personne sur trois citait l’«expérience hivernale». Suivaient «les grands espaces, la nature et les lacs», puis «l’accueil des Québécois».

«Les Français viennent au Québec parce qu’ils aiment notre accent, nos expressions, constate Simon Lemay. On a un accueil chaleureux. On a aussi un lien historique avec eux, ils nous appellent « les cousins »».

Entre le rêve et la réalité

Motoneige l’hiver et pêche l’été: la municipalité de Saint-Alexis-des-Monts accueille son lot de «cousins» toute l’année.

«On parle leur langue, et c’est ce qui est apprécié des Français. L’accueil aussi, c’est pour ça qu’ils reviennent. On a toujours ça de bien, les Québécois!», affirme la mairesse Madeleine L. Robert.

Avec la célèbre auberge Sacacomie, sa microbrasserie de la Nouvelle-France, son magasin général et son bistro Le Tabarouette, le village de 3300 âmes semble taillé sur mesure pour une clientèle à la recherche d’authenticité québécoise. Pas étonnant que bon nombre de circuits touristiques s’arrêtent dans la région.

Habituée de voir défiler les touristes français, Madeleine L. Robert s’amuse toutefois de certaines de leurs demandes.

«Ils veulent voir des ours. Ils s’imaginent qu’ils vont voir des ours comme des chiens. Il y a des pourvoiries qui les nourrissent, et les touristes peuvent ensuite aller les voir. Pour nous, c’est drôle de payer pour aller voir les ours…», dit-elle.

Chez Authentik Canada, on ne voit «pas de mal» à tout faire pour que le touriste français qui rêve de voir un castor en voie un au cours de son séjour.

«On se décrit souvent comme des marchands de rêve. On travaille avec des gens en vacances, et on les aide à réaliser un rêve et à ce qu’il soit à la hauteur de leurs attentes», explique Simon Lemay, qui se garde bien de guider ses clients vers des «attrape-touristes».

Mais pour remplir ses engagements, certains compromis sont nécessaires. Ainsi, les visites à la cabane à sucre se font aussi en plein été! «On ne peut pas ne pas le faire, poursuit Simon Lemay. Le Français s’attend à ça, il faut répondre à ses besoins.»

Le cofondateur d’Authentik Canada estime que beaucoup de préjugés circulent encore à l’endroit des touristes venus de France.

«On a tous entendu dire que les Français débarquent à l’aéroport et s’attendent à nous voir avec des plumes sur la tête. C’est peut-être une personne qui a dit ça, une fois, et c’est cette histoire qui a été retenue! Ce n’est pas ce qu’on voit, les Français savent très bien que c’est civilisé ici. On n’a pas ce genre de commentaires», affirme-t-il.

Le ministère du Tourisme s’applique à «montrer un côté plus moderne du Québec» en misant sur la gastronomie et les villes.

«Je ne pense pas que tous les Français veulent avoir leur cabane en bois avec la chemise à carreaux, dit Sylvie Quenneville, directrice générale du marketing au ministère du Tourisme. Mais c’est vrai qu’ils vont apprécier avoir une auberge en forêt près d’un lac, ça fascine. C’est bien, c’est une de nos forces. Mais les Français veulent plus de diversité et, en ce sens, ils ont changé.»

Les régions, grandes favorites

Le ministère du Tourisme adapte ses publicités selon la clientèle à laquelle elles s’adressent. Si les Français passent souvent inévitablement par Montréal et Québec, les régions ont aussi la cote, notamment Manicouagan (Tadoussac), le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Mauricie.

«Les Américains sont très urbains, et on va leur vendre Québec, Montréal ou Mont-Tremblant. Avec les Français, Tremblant n’est pas un produit qui va fonctionner. Ils aiment le côté authentique en forêt, le côté nature, l’observation de la faune, les régions», précise la directrice générale du marketing, Sylvie Quenneville.

Les touristes français visitent les régions, mais moins intensément qu’il y a 10 ans, constate le cofondateur de l’agence Authentik Canada. On avale encore des centaines de kilomètres, mais à un rythme moins effréné.

«Avant, on vendait le Québec au rabais. On mettait les gens dans un autobus et ils faisaient le tour de la Gaspésie et se rendaient jusqu’à Niagara Falls en une semaine. Mais ceux qui font les circuits en autobus se sont adaptés et ne font plus ça», dit Simon Lemay.

Des classiques du Québec

- Le chalet en bois au bord d’un lac

- Les baleines

- L’excursion en canot sur un lac: «Pour un Français, faire du canot sur un lac entouré de la forêt, c’est l’image typique qui représente le Canada», affirme Simon Lemay, d’Authentik Canada.

- L’observation de la faune

- La rencontre avec les autochtones

- La cabane à sucre

- L’hiver canadien: motoneige et traîneau à chiens

- Le tour de la Gaspésie

- Les villes de Québec et Montréal

- Les chutes du Niagara: «Pour un premier voyage au Québec, les touristes veulent tous voir les chutes du Niagara, même si c’est hors de la province», dit M. Lemay.

Sources

* http://www.lapresse.ca/voyage/destinations/quebec/201207/13/01-4543553-special-14-juillet-le-quebec-des-francais.php

* http://www.lapresse.ca/

** http://recherche.cyberpresse.ca/cyberpresse/search/theme/lapresse/template/result?q=&fq[]=author%3AMarie-Eve+Morasse&sort=recent

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.