Le poison du lobby pro-armes *

La NRA [National Rifle Association] a transformé le second amendement, qui autorise le port d’armes à feu, en pilier de la culture américaine. Il est complice de toutes ces fusillades qui sèment la mort aux Etats-Unis estiment deux journalistes réputés dans une chronique du Washington Post.

Par Bill Moyers ** et Michael Winship *** – 8 août 2012

Wayne LaPierre, vice-président exécutif et porte-parole de la très puissante National Rifle Association [NRA, le lobby pro-armes américain], a le don de s’exprimer au moment où il le faut. En 2007, lors de la convention annuelle de la NRA à St Louis, il déclarait devant l’assemblée qu’ « aujourd’hui, tous les détenteurs d’armes voyaient leur liberté menacée. » Deux jours plus tard, un homme ouvrait le feu sur le campus de Virginia Tech, faisant 32 victimes parmi les étudiants et le personnel.

Le mois dernier, LaPierre s’est rendu à New York pour la Conférence des Nations unies pour un traité sur le commerce des armes et a dénoncé les « politiques liberticides qui nuisent au droit des citoyens américains à se défendre. » Depuis, au moins douze personnes sont mortes à Aurora, dans le Colorado, alors qu’elles étaient venues assister à la première du film The Dark Knight Rises, une production comprenant de nombreuses scènes de violence. Le tireur aurait notamment utilisé un fusil d’assaut de type AK-47 interdit à la vente en 1994. La NRA avait fait pression sur le Congrès pour faire lever cette interdiction en 2004.

38 Etats autorisent le port d’une arme dissimulée

De toute évidence, les interventions de LaPierre ne sont que de malheureuses coïncidences. Comme l’écrivait Shakespeare, « la faute … n’est pas dans nos étoiles … mais en nous-mêmes. » Autrement dit, il ne faut nous en prendre qu’à nous-mêmes, et aux détenteurs d’armes. Quelque 300 millions d’armes circulent sur le territoire des Etats-Unis et un Américain sur quatre – la plupart des hommes – possède au moins une arme. Au cours des trente dernières années, rapporte le journal britannique The Guardian, « le nombre d’Etats autorisant automatiquement le port d’arme dissimulé pour les individus se soumettant au contrôle de leur casier judiciaire, est passé de huit à 38″.

Chaque année aux Etats-Unis, on décompte 30 000 morts victimes d’armes à feu et près de 300 000 attaques en rapport avec des armes. Les violences liées aux armes nous coûtent près de 100 milliards de dollar par an. A titre de comparaison, la réglementation sur les jouets est plus stricte que celle des armes à feu.

Alors pourquoi sommes-nous à chaque fois si surpris? La violence est si profondément inscrite dans nos gènes que ces éruptions délétères ne nous choquent même plus, sauf de manière occasionnelle quand se produit une fusillade comme celle du Colorado. Mais là encore, notre capacité de concentration est si réduite que nous ne tarderons pas à oublier et à trouver de quoi nous distraire des dures réalités de l’Amérique en 2012.

Les ventes explosent après chaque fusillade

L’histoire de notre pays est fondée sur la servitude forcée de millions d’esclaves noirs et le recours massif aux armes contre les indiens dans notre avancée vers l’Ouest. En réalité, il arrivait plus souvent que les colons voyageant sur l’Oregon Trail meurent de blessures qu’ils s’infligeaient eux-mêmes qu’à la suite d’une attaque indienne. A nos instincts meurtriers s’ajoutait notre stupidité. Et pourtant, nous aimons tellement les armes, nous en raffolons tellement, nous sommes tellement habitués à la violence dans nos propres foyers que les accidents domestiques avec une arme à feu ont fait plus de victimes que toutes nos guerres cumulées. Quelques jours après la tuerie en Arizona l’année dernière, les armuriers constataient un doublement de leurs ventes de Glock 9 mm semi-automatique, l’arme utilisée dans la fusillade.

Nous nous mettons le doigt dans l’œil. Comment pouvons-nous permettre à n’importe quel désaxé exalté d’acquérir des armes sans nous attendre à des conséquences meurtrières? Comment pouvons-nous concevoir le droit à « une milice bien régulée » – ainsi que le garantit le second amendement – comme un droit divin de posséder n’importe quelle arme de destruction qui nous chante. Cette conception est un permis de tuer, de semer le chaos et constitue une vaste escroquerie.

Il existe une vidéo (toujours disponible sur YouTube) d’Adam Gadahn – membre d’Al Qaïda et premier citoyen américain inculpé pour trahison depuis 1952 – appelant des terroristes à attaquer les Etats-Unis. « L’Amérique regorge d’armes faciles à se procurer. Vous pouvez aller à la première foire aux armes venue et repartir avec un fusil d’assaut automatique, sans vérification de vos antécédents et probablement sans même une carte d’identité. Qu’est-ce que vous attendez ? »

Le tireur du Colorado n’attendait qu’une occasion. Et voilà comment l’arsenal de la démocratie s’est transformé en machine de mort. Et la NRA dans tout ça ? La NRA est la complice paranoïaque, délirante et aussi venimeuse qu’un scorpion, de cet arsenal de mort. La lâcheté de nos responsables politiques a permis à la NRA de faire du second amendement de notre Constitution un canular cruel et mortifère.

Sources

* http://www.courrierinternational.com/article/2012/08/08/le-poison-du-lobby-pro-armes

* http://www.courrierinternational.com/

* http://www.alternet.org/story/156408/colorado_shootings%3A_latest_evidence_that_america_is_poisoned_by_the_nra%27s_dark_gun_culture (en anglais)

* http://www.alternet.org/ (en anglais)

** http://www.alternet.org/authors/bill-moyers-0 (en anglais)

*** http://www.alternet.org/authors/michael-winship (en anglais)

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.