La Charte des valeurs et le gros bon sens québécois*

Par Georges-H. Rivard** – Le 11 décembre 2013

Depuis quelque temps, certains médias décrivent les Québécois comme des racistes, des fascistes, etc. , en parlant de la Charte des valeurs. Il n’en est rien. Si on jette un regard rapide sur l’histoire du Québec, on s’aperçoit que c’est plutôt le contraire. Souvenons-nous que le Bas-Canada (le Québec d’aujourd’hui) a élu le premier député juif, Ezékiel Hart, en 1808 à Trois-Rivières, une première, non seulement ici, mais dans tout l’Empire britannique. Le Québec a donné le droit de vote aux femmes en 1940, bien avant d’autres pays. Plus près de nous, à Granby, l’organisme SERY accueille et aide les immigrants de toutes nationalités chez nous. Pour ceux qui nous accusent de racisme et de fascisme, on repassera!

Les partis d’opposition à Québec, caquistes et libéraux, qui n’ont pas eu le courage de présenter une loi sur ce sujet, cafouillent maintenant sur ce projet de loi. Ils disent qu’ils sont d’accord avec un État laïc, mais accepteraient que ses employés portent des signes religieux dans certains cas. Ils ne comprennent pas que l’État et ses employés ne font qu’un, c’est le gros bon sens qui le dit. Si l’État est laïc, ses employés doivent l’être aussi , pas à la moitié, ni au quart, ni au tiers, lorsqu’ils sont en fonction.

Comment interpréter certaines manifestations anti-charte par autre chose que des groupes qui veulent , ni plus ni moins que former des ghettos au Québec. Il n’est pas question d’assimiler les immigrants en leur demandant d’oublier leur religion, leur culture, leur langue et leur histoire. On leur demande tout simplement de ne pas afficher de signes religieux ostentatoires lorsqu’ils occupent leur fonction. Au contraire, les immigrants apportent un enrichissement au Québec. Un journaliste demandait à Pierre Bourgault la définition d’un Québécois? Ce dernier a répondu: «Un Québécois c’est quelqu’un qui veut être Québécois». C’est une réponse simple et complète en même temps. Cela veut dire que si on décide de s’installer au Québec, on accepte aussi de respecter ses valeurs comme sa langue, sa culture, son histoire, etc. Cela veut dire aussi que l’on accepte de respecter les lois et les règlements que les gouvernements élus démocratiquement promulguent. En conclusion, la Charte des valeurs québécoises est une mesure préventive afin de prévenir des problèmes rencontrés en Europe et ailleurs, notamment en France.

Sources

* http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/opinions/courrier-des-lecteurs/201312/10/01-4719745-la-charte-des-valeurs-et-le-gros-bon-sens-quebecois.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_opinions_329_section_POS1

* http://www.lapresse.ca/la-voix-de-lest/

** Georges-H. Rivard, habite Granby et est un retraité de l’enseignement

Commentaires fermés

Filed under Uncategorized

Comments are closed.