L’attachement du Québec au Canada s’étiole, selon une étude *

Par Joël-Denis Bellavance** – le 24 mai 2014

(OTTAWA) Le sentiment d’attachement au Canada des Québécois s’est effrité au cours de la dernière décennie, constate une étude réalisée pour le compte du Bureau du Conseil privé.

Et la «politique de la division» (wedge politics) que privilégient les acteurs politiques à Ottawa – dont le gouvernement Harper – pourrait en être la cause, selon cette étude obtenue par La Presse en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Depuis quelques mois, le Bureau du Conseil privé – le ministère du premier ministre du Canada – se livre à une sorte d’introspection sur l’état de la fédération canadienne à l’approche du 150e anniversaire de la Confédération, en 2017, en commandant une série d’analyses de l’identité canadienne, l’unité du pays et les griefs que peuvent entretenir les provinces envers Ottawa.

La firme Walker Consulting Group a été mandatée pour réaliser une de ces études. L’un des principaux constats de la firme dans son rapport remis en janvier 2014, intitulé Examen des liens qui unissent les Canadiens, est que le sentiment de profond attachement au Canada des Québécois s’est étiolé depuis 2003.

La firme cite à cet égard les résultats d’un sondage annuel réalisé par Environics.

«Le niveau de profond attachement au Canada dans la province de Québec a chuté au cours de la dernière décennie, passant de 50 % en 2003 à 34 % en 2012. Aucun changement comparable ne s’est produit à l’extérieur du Québec», peut-on lire dans le rapport, qui a coûté 24 408 $ aux contribuables.

Cette baisse serait attribuable, selon la firme, au genre de discours politique qui est tenu à Ottawa. «Quand on se livre à la politique de la division (wedge politics), des différences de valeurs minimes (ou des présumées différences) peuvent être exagérées pour des gains politiques et pour diviser. Cela a pour effet de miner l’objectif précis que nous tentons de réaliser de forger une identité unifiée», peut-on lire.

La guerre, la reine, le pétrole

Le rapport ne cite pas de politique précise, mais le gouvernement Harper s’est employé à rehausser l’image de la monarchie depuis son arrivée au pouvoir, à souligner des anniversaires militaires comme le 200e de la guerre de 1812, des symboles qui suscitent peu d’intérêt au Québec, ont convenu des sources conservatrices sous le couvert de l’anonymat.

Il a aussi déployé des efforts importants pour soutenir l’industrie des sables bitumineux en Alberta tout en minimisant l’importance des changements climatiques. L’abolition du registre des armes d’épaule est une politique qui a suscité la grogne dans certaines régions du Québec.

En contrepartie, les conservateurs soulignent qu’ils ont aussi déployé des efforts pour reconnaître la spécificité québécoise. «Nous avons accompli plusieurs gestes pour souligner le rôle important que joue le Québec, notamment en reconnaissant que les Québécois forment une nation à l’intérieur du Canada et en accordant une place au Québec à l’UNESCO», a affirmé Carl Vallée, un proche collaborateur de M. Harper.

Le français, langue fondatrice

Il a aussi rappelé que le gouvernement a investi d’importantes sommes pour marquer le 400e anniversaire de fondation de la ville de Québec en 2008 et que le premier ministre tient à prononcer ses discours d’abord en français parce qu’il croit que le français est la «langue fondatrice du Canada».

«Le point de vue véhiculé dans le rapport ne représente pas nécessairement le nôtre. Notre gouvernement croit en un fédéralisme respectueux des champs de compétence des provinces et donc du Québec. Nous croyons également que c’est toute la fédération qui gagne lorsque le Québec joue un rôle de leadership au sein de celle-ci», a-t-il dit.

M. Vallée a rappelé que l’unité du pays se porte mieux depuis que les conservateurs sont au pouvoir. À preuve, le Bloc québécois a été réduit à quatre sièges aux Communes en 2011 et le Parti québécois a été chassé du pouvoir en avril après un règne minoritaire de 18 mois.

Jack Jedwab, directeur général de l’Association d’études canadiennes, a tenu à mettre en perspective les conclusions de la firme Walker. Il a souligné que l’attachement global des Québécois au Canada demeure élevé – autour de 70 % si l’on tient compte de ceux qui se disent assez attachés au pays – et que c’est le degré d’intensité de l’attachement qui varie au fil des événements.

Français et multi-culturalisme

Dans son rapport, la firme Walker Consulting Group constate aussi qu’avant toute chose, les Québécois sont attachés à la langue française, ensuite à leur province et enfin au Canada. Elle suggère aussi un débat national sur la politique du multiculturalisme. «Dans le Canada anglais, une vision multiculturelle du pays semble être perçue comme une autre étape dans la continuité vers l’acceptation de plusieurs cultures communautés ethniques, dont le français. Cela n’effleure peut-être pas l’esprit des Canadiens anglais que d’accepter une vision multiculturelle du Canada veut dire, ou peut être perçue comme diminution du statut du français au Canada.»

Sources

* http://www.lapresse.ca/actualites/national/201405/23/01-4769485-lattachement-du-quebec-au-canada-setiole-selon-une-etude.php

* http://www.lapresse.ca/

** http://recherche.lapresse.ca/cyberpresse/search/theme/lapresse/template/result?q=&fq%5B%5D=author%3AJoël-Denis+Bellavance&sort=recent

Commentaires fermés

Filed under Uncategorized

Comments are closed.