Harper, le justicier *

Par Josée Boileau** – Le 6 mars 2015

Stephen Harper enfonce le clou. En dépit des faits, des coûts et des risques, il maintient sa rhétorique calculatrice : en prison jusqu’à la mort ! Il se justifie à coups de mensonges et de demi-vérités, une tactique conservatrice connue. Hélas, quand il s’agit de détenus, l’électeur n’y voit que du feu.

À quoi bon user de raison puisque celle-ci n’a aucune importance dans le combat pour la loi et l’ordre que les conservateurs mènent depuis leur arrivée au pouvoir, en 2006. Il n’en a pas été autrement mercredi, quand le premier ministre Stephen Harper a confirmé qu’il présentera la semaine prochaine un projet de loi qui ferait en sorte que l’emprisonnement à perpétuité, qui passerait de 25 à 35 ans, ne pourrait être assujetti à une possibilité de libération conditionnelle autrement que par la grâce du ministre de la Justice.

« Une peine de prison à vie au Canada va vouloir dire exactement cela : une peine à vie », a soutenu M. Harper devant des familles de victimes. S’en est peu après suivie une demande de financement envoyée aux membres du parti pour appuyer ceux qui savent si bien protéger le peuple canadien… Un électoralisme de bas étage qui ne se cache pas et qui marche. Grand bien en fasse aux troupes conservatrices.

Le problème, c’est que s’en prendre aux dangereux criminels qui hanteraient nos rues trouve aussi de larges échos dans la population en général, qui en perd tout jugement. Les détenus ne suscitent pas la sympathie : il est plus commode de les mettre tous dans le même lot (celui des monstres) que de reconnaître qu’il s’agit d’humains qui doivent à la fois être punis, dans une juste proportion, pour ce qu’ils ont fait et soutenus dans une nécessaire réhabilitation afin de contrer les récidives.

Mais la réhabilitation, ce gouvernement n’y croit pas, et sa foi en une justice vengeresse est si grande qu’il fait fi des études comme des observations sur le terrain qui, toutes, le contredisent. Son approche est en fait si grossière qu’elle ne passe pas les tests de la Cour suprême et qu’il lui faut bricoler pour sauver les apparences. Blâmé par tous les juristes lorsque son intention d’associer l’emprisonnement à perpétuité à un séjour en prison jusqu’à la mort a été connue il y a quelques semaines, le gouvernement a opté pour une pirouette : voyez, une libération sera possible, sauf qu’un ministre tranchera, plutôt que la Commission de libérations conditionnelles. La pression publique, la petite politique, plutôt qu’une expertise : quelle avancée pour le système de justice !

Mais tout ceci ne concerne qu’une minorité de détenus !, se défend le gouvernement. Cela s’inscrit plutôt dans un ensemble de mesures visant à maintenir le détenu dans son rôle de criminel. Dans tous les pénitenciers, les conservateurs ont réduit les programmes de formation, fermé des bibliothèques et éliminé les aumôniers à temps partiel. Ils ont aussi coupé le financement de groupes d’aide pour l’après. Bref, ils ont découragé l’espoir.

À quoi s’ajoutent les petitesses qui affectent le quotidien des détenus et accroissent la tension en prison : partage de cellules, disparition des repas frais, obligation d’assumer de plus en plus de dépenses à même l’allocation quotidienne de quelques dollars, hausse des coûts pour un appel téléphonique… Traduction : vous êtes la lie de la société, nous ferons tout pour que vous vous le rappeliez et que vous y restiez. Un vrai cul-de-sac, comme si tous les prisonniers étaient des Paul Bernardo (qui lui-même ne sera jamais libéré tant notre système n’a pas le laxisme que M. Harper lui prête).

Le premier ministre se retranche derrière les victimes, mais tout ce qu’il aide ici, c’est son parti. Bien sûr que les meurtriers, les agresseurs, les terroristes ne lui font pas peur : il en a besoin.

Sources

* http://www.ledevoir.com/politique/canada/433692/prison-a-perpetuite-harper-le-justicier

* http://www.ledevoir.com/

** Josée Boileau : http://www.ledevoir.com/auteur/josee-boileau

Commentaires fermés

Filed under Uncategorized

Comments are closed.