Business as usual,bis, rebis et rerebis

Business as usual, bis et rebis et rerebis…

La dernière révélation d’un journal allemand sur l’évasion fiscale de plusieurs dirigeants de pays n’est pas pour augmenter la confiance des populations envers la classe politique. (notes 1)

C’est l’adaptation moderne “Des Animaux malades de la peste“ qui est la première fable du livre VII De La Fontaine, éditée pour la première fois en 1678 (note 2).  338 ans plus tard, elle est toujours dans notre actualité.

On y trouve les formules : Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés  et Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.  Les animaux ne sont plus les mêmes, ce sont maintenant des humains corrompus, magouilleurs  et un tantinet voleurs ; c’est le moins que nous puissions dire.  Qui plus est, ce sont vous et moi et nos semblables qui les avons mis au pouvoir avec le mandat de voir au mieux-être de leurs populations.  Désillusion, désillusion…

En plus d’être  corrompus,  magouilleurs et  voleurs, il trafique une parole du Christ : Charité bien ordonnée commence par soi-même : il faut penser à soi avant de s’occuper des autres.

À tous les nivaux : mondial, national, provincial, municipal ; c’est une recette universelle.

Mais comme le disait un commentateur de chez nous : que le simple citoyen oublie un modeste revenu  au niveau de sa déclaration  d’impôts, il sera rapidement poursuivi et sanctionné. Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir disait Jean De La Fontaine.

Des millions, des milliards de $ sont détournés dans les paradis fiscaux.  Des millions, des milliards de $ échappent à la plus part des pays au niveau des impôts.  Des millions, des milliards de $ échappent ainsi aux états qui n’ont aucune volonté politique de mettre fin à ce qui est universellement connue et documentée.  Caliméro a une autre fois raison ; pauvres de nous, c’est trop injuste.  Nous sommes tous devenus des canards de bois.

Lors d’une prochaine élection, nous reporterons au pouvoir ces corrompus, magouilleurs et voleurs.  En plus d’être des canards de bois, nous serions un tantinet masochistes, aveugles, stupides, inconscients. La vie continue jusqu’aux prochaines révélations.  Nous ne sommes qu’au début de ces manœuvres frauduleuses.  Pour frauder des millions, des milliards de $, il faut avoir accès à ces $, ce qui n’est pas le quotidien du commun des mortels.  Mais ces $, en fin de compte nous appartiennent : c’est notre argent, votre argent, l’argent de tout le monde.

Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir disait Jean De La Fontaine. Et la vie continue. Rien de nouveau sous notre soleil : business as usual, dit-on en latin et Business njengenjwayelo, en zoulou.  VIVE Caliméro.

Notes 1 :

http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/dessous-chiffres/2016/04/04/29006-20160404ARTFIG00270-les-chiffres-affolants-de-l-evasion-fiscale-dans-le-monde.php

http://www.liberation.fr/planete/2016/04/04/en-finir-avec-les-planques-a-billets_1444000

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2016/04/04/009-evitement-fiscal-panama-papers-ministre-lebouthillier.shtml

Note 2 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Animaux_malades_de_la_peste

Bernard Fournelle

Le 5 avril 2016

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>