Vive le froid

Chaque hiver, les Québécois pestent contre le froid ! Remarquez que durant l’été ils ont pesté contre la chaleur, mais dès que janvier se pointe le nez et que le thermomètre commence à dégringoler vers le bas, ce sont les jérémiades contre le froid qui commencent ! Ils oublient trop vite, hélas, que le froid est le plus grand bienfaiteur du Québec. Si, si

QUOI?

Le froid est le plus grand bienfaiteur du Québec?   Ça va  pas la tête, dites?

Si les Québécois sont à l’abri de tous les grands problèmes de la planète, c’est à cause du froid.

Mais oui ! Il suffit d’observer tous les endroits où ça va mal dans le monde.
Les actualités nous le disent. Ce sont toutes les régions où les habitants sont en manches courtes; L’Afrique, l’Irak, Israël, Haïti, l’Amérique du Sud…

Les problèmes n’aiment pas le froid. Les problèmes sont frileux. Les problèmes aiment les endroits où il fait chaud, où c’est plein de soleil ! Oui, assurément, le trouble est ennemi du froid et ami de la chaleur !

Le trouble s’installe là où il peut s’étendre et rendre la vie impossible aux gens. Pourquoi irait-il s’épuiser à embêter les gens par 25 degrés Celcius sous zéro ? Se battre pour un morceau de terre dont il faut pelleter la neige six mois par année !

C’est la raison pour laquelle les journalistes du télé-journal ne parlent pas souvent du Groenland, de l’Islande ou du Pôle Nord… Le trouble ne va jamais dans ces coins-là. C’est sûr qu’on parle du Québec. On n’a pas le choix; c’est le télé-journal de chez nous.

Mais les troubles sont mineurs; des balivernes; la hausse des taxes, Céline Dion enceinte, la mauvaise récolte de fraises… Rien de très sérieux. Ça ne se compare pas à un génocide, une révolution ou une guerre civile.

Les petits problèmes du Québec sont tellement insignifiants qu’on n’en parle pas ailleurs dans le monde. Pensez-vous qu’au télé-journal d’Israël, le présentateur raconte la grève des cols bleus de Montréal ? Non, bien sûr ! En Israël, ils ne parlent jamais du Québec.

Mais au Québec, on parle tous les jours d’Israël. Pourquoi ? Parce que  là-bas, il se passe des grosses affaires. Tandis qu’ici, il ne se passe que des peccadilles. À cause de la chaleur le trouble habite chez eux.

Au Québec, on n’a pas besoin de bombe atomique pour se protéger. Une vague de froid, ça vaut bien des armes de destruction massive. Je le dis et je le répète: le froid, c’est la paix, la sainte paix !

Si au Québec il faisait beau comme en Floride, ça ferait longtemps que les Américains nous auraient annexés. Au lieu de jouer au hockey, nos garçons seraient forcés d’encercler l’Irak. Le froid sauve le Québec de l’envahissement américain !

C’est ce désintéressement généralisé du monde entier pour les pays froids qui

épargne au Québec tous les grands conflits majeurs. C’est tellement peu alléchant un pays glacé que même nous, on n’en veut pas.

À chacun des referendums proposant l’indépendance du Québec et sa transformation en pays souverain, les gens ont voté “Non, merci“ !  Croyez-vous qu’un autre pays va se donner la peine de venir se battre pour conquérir un pays que ses propres habitants ne veulent même pas

Voltaire, ce coquin de Français l’a dit: “Pourquoi se battre pour quelques arpents de neige“ ? Non, mais ! Ça saute aux yeux. Si les Québécois vivent dans un endroit paisible où même les révolutions sont tranquilles, et que le pire qu’il puisse arriver, c’est le verglas, c’est grâce à ce climat nordique.

Au lieu de pester contre le froid, remercions le ciel en grelottant de nous avoir offert une contrée polaire. Prions pour que le monde entier continue de nous ignorer et pour que l’effet de serre ne nous réchauffe pas trop rapidement…

Texte trouvé sur Internet, auteur non identifié, et “Vive le froid“  serait inspiré d’un monologue de Stéphane Laporte.

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.