Dossier de la langue au Québec

Après sa victoire électorale de 1976, le Parti québécois et son leader charismatique René Lévesque a fait promulguer en 1977 la Loi 101 ou «Charte de la Langue Française» qui devait faire du français la langue officielle du Québec.

 

Félix Leclerc (2 août 1914 – 8 août 1988)

La Loi 101

Oui, je suis bilingue ;

Ce n’est pas à l’école primaire que j’ai appris l’anglais

mais dans les rues d’Ottawa et à l’âge de 15 ans.

C’est une mauvaise partance pour l’enfant anglais ou français,

que de lui inculquer deux langues à l’école primaire.

Que chacun baigne dans sa langue maternelle jusqu’à

l’âge de 15 ans, s’il veut la bien posséder.

Une langue seconde s’apprend en six mois

dans une ville étrangère

quand on a l’âge de 17 ans et le goût de la parler.

C’est faux des bilingues à 8 ans, ce sont des baragouineux.

La langue, c’est comme un instrument de musique,

celui qui les joue tous, les joue mal.

Celui qui n’en joue qu’un seul le joue bien.

Nous avions la Loi 101 comme protection et survie.

Où est-elle rendue ?

La Loi 101 reconnaissait le français

la seule langue officielle au Québec,

comme la langue américaine est reconnue

la seule langue officielle aux États-Unis,

(ce qui ne les empêche pas d’en parler 5).

La Loi 101 criait aux deux Amériques

ce qu’on leur cachait depuis des siècles,

qu’une Nouvelle-France existait à leur porte.

La Loi 101 disait à l’univers que les Québécois

étaient l’un des deux peuples fondateurs du Canada.

La Loi 101 me faisait marcher librement et partout

La Loi 101 disait à l’immigrant

arrivant ici en terre d’accueil,

que le français était la langue du Québec

contrairement à ce que la propagande d’Ottawa

leur avait appris avant leur départ,

que nous étions tous anglais.

Afficher et parler notre langue à l’usine, à l’école,

à la douane, au restaurant, au forum, au magasin, partout,

était une affaire entendue et acceptée par la minorité

anglaise du Québec, qui avait fini par comprendre

qu’enfin décolonisés, nous avions une langue maternelle,

et surtout que nous apportions, (parce que différents)

une richesse incalculable au Canada entier.

Hélas,

il aura fallu que quelques arrivistes,

Canadiens-français de surcroît,

vendent pour un plat de lentilles (de votes)

notre droit d’aînesse en Amérique.

Est-ce que tout serait à recommencer

à cause de quelques magasiniers

qui échangent

trafiquent

vendent

trois siècles d’histoire pour quelques heures de pouvoir ?

 

La Nouvelle-France a été conquise en 1759 par l’Angleterre.  Depuis la Conquête, la Nouvelle-France s’est appelée  le Bas Canada, “The Province of Quebec“, la Province de Québec.  Depuis le début des années 1960,  c’est l’État du Québec.

De 15,000 habitants parlant le français à l’époque de l’Intendant Jean-Talon,  cette contrée, aujourd’hui compte plus de 7,000,000 de parlant français.  Cet îlot francophone en terre d’Amérique est entouré par plus de 325,000,000 d’anglophones.  L’assimilation des francophones hors-Québec fait son œuvre lentement mais sûrement quoiqu’en disent les apôtres d’un fédéralisme assimilateur.  Les luttes pour sauvegarder la langue française sont régulières, nombreuses et très émotives.  Pour nos lecteurs, nous présentons certains liens qui pourront servir à démarrer une recherche ou une réflexion sur le dossier de la langue au Québec.

http://www.olf.gouv.qc.ca/charte/reperes/reperes.html

http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=1641

http://www.pq.org/nouvelles/promotion-langue-francaise-souverainete-quebec/

http://www.pq.org/nouvelles/retour-sur-colloque-gouvernement-foi-des-liberaux/

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2009/11/24/126714.shtml?auteur=2094

http://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_la_langue_française

http://www.panorama-quebec.com/cgi-cs/cs.waframe.content?topic=27100&lang=1

http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=214

 

 

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.