La France du football, république bananière *

Par Antoine Battiono – Le 22 juin 2010

Comme une grande nation de football peut-elle offrir un spectacle aussi pitoyable ? s’interroge Le Pays. Le quotidien burkinabé considère que les Bleus sont le symbole des années Sarkozy, de leur dérive bling-bling et individualiste.

« On est la risée du monde…, c’est inacceptable…, inadmissible…, honteux… ». Les mots ou phrases n’ont pas manqué pour qualifier l’attitude des joueurs de l’équipe de France en plein mondial de football en Afrique du Sud. En effet, au lendemain de l’affaire Nicolas Anelka [accusé d'avoir insulté l'entraîneur de l'équipe de France], on avait pensé que le capitaine des Bleus, Patrice Evra, et ses camarades, avaient touché le fond, mais à l’allure où les choses ont évolué, on constate qu’ils cherchent eux-mêmes à atteindre le tréfond de l’abîme. Ainsi, par solidarité, disent-ils, avec leur coéquipier exclu du groupe, ils refusent de s’entraîner. On était habitué à ce genre de situation avec les équipes africaines qui menacent ou procèdent au chantage lorsque des problèmes de primes se posent. Mais cette fois, il s’agit de l’équipe de France, championne du monde 1998, vice championne 2006, et championne d’Europe 1984 et 2000. Une nation de football !

Au soir de la désillusion française face au Mexique qui l’avait emporté par 2 buts à 0, les commentaires n’étaient que sportifs. Voilà qu’on ne parle plus de la probable élimination de la France mais de bien plus grave. Au rythme où vont les choses, aucun observateur ne peut prédire comment va s’achever l’expédition française en Afrique du Sud. Pour l’instant, l’équipe de France est méconnaissable non seulement sur le terrain où elle n’a rien montré de bon, mais aussi sur le registre moral. Elle présente un spectacle pitoyable, désolant, triste, à la limite le dégoût. Ce qui est lamentable, c’est que le capitaine des Bleus fait savoir que le plus important, ce n’est pas les propos d’Anelka mais la taupe [Patrice Evra a déclaré qu'il fallait "éliminer le traître" (celui qui avait parlé au quotidien L'Equipe). Assurément, ils viennent de maculer le maillot de l'équipe nationale française. Une tâche que l'histoire retiendra pour les jeunes générations pour lesquelles ces joueurs ne méritent plus d'être des repères.

On est même tenté de se demander s'ils méritent encore de porter ce maillot parce que c'est une faute grave avant le match contre l'Afrique du Sud, le 22 juin. Où ces joueurs mettent-ils le patriotisme, l'honneur du Coq gaulois ? On a l'impression d'être dans une république bananière. Pour certains, la France paie une qualification injuste acquise grâce à la main de Thierry Henry [Lors du match de barrage contre l'Irlande]. C’est sans doute la vengeance des dieux irlandais. Mais ces joueurs ne donnent-ils pas raison au leader du Front national Jean-Marie Le Pen qui, un brin raciste, disait, il y a quelques années, que l’équipe nationale « n’est pas le reflet de la France ». Cet échec ressemble aussi à l’échec du politique. Autant en 1998 sous le président Jacques Chirac, on a assisté à un glorieux rassemblement, à une union sacrée autour de l’équipe de France, autant c’est tout le contraire aujourd’hui. Le président Nicolas Sarkozy a mis en avant l’égoïsme, l’individualisme, l’argent, le « bling bling » comme valeurs cardinales.

Ce qu’on lui reproche est un peu à l’image de ce qui se passe en équipe de France. C’est le symbole des années Sarkozy ! Les joueurs ont tout de même fait la promesse de gagner face à l’Afrique du Sud pour sortir de ce mondial avec les honneurs. La grande question est de savoir si dans cette ambiance, ils pourront réussir à relever le défi.

* Sources

http://www.courrierinternational.com/article/2010/06/22/la-france-du-football-republique-bananiere

http://www.courrierinternational.com/notule-source/le-pays

Leave a Comment

Filed under Uncategorized

Comments are closed.